Contrats de Rénovation Urbaine

Les Contrats de Rénovation Urbaine s’appuient sur l’ensemble des expériences positives passées (et plus spécifiquement les Contrats de Quartiers Durables). Mais ils viseront surtout à surmonter les limitations constatées des outils existants, notamment en permettant d’intervenir sur des zones concernant plusieurs territoires communaux par une collaboration entre les communes et la Région au sens large.

Les cinq Contrats de Rénovation Urbaine (CRU) de cette législature, pour lesquels 110 millions ont été réservés, cherchent clairement à répondre à ces objectifs. En moyenne, chaque CRU se verra attribuer un subside de € 22.000.000.

Le CRU consistera en une combinaison d’opérations de revitalisation urbaine de type immobilières, socio-économiques, d’espaces publics et environnementales qui seront portées par des opérateurs tant régionaux que communaux sur des territoires inclus dans la ZRU (Zone de Rénovation Urbaine) et qui transcendent les limites d’au moins deux communes.

Dorénavant, il existera :

  • les Contrats de Quartiers Durables dont les opérations de revitalisation urbaine sont menées à l’échelle d’un quartier et à l’initiative d’une commune ;
  • les Contrats de Rénovation Urbaine dont les opérations seront menées à l’échelle de plusieurs quartiers sur le territoire de plusieurs communes et ce à l’initiative de la Région

ou d’une des communes concernées en fonction des opérations.

Si la coordination générale des Contrats de Rénovation Urbaine sera assurée par la Région, la mise en œuvre opérationnelle regroupera des opérateurs régionaux et communaux en fonction notamment :

  • de la situation géographique des opérations et de la spécialisation de certains opérateurs (Bru Mob, STIB, Bruxelles Environnement, CityDev, SLRB, SISP, …)
  • mais aussi, par exemple, pour surmonter des obstacles liés aux limites des territoires communaux.